Monday, November 11, 2013

Günther Oettinger: Wir brauchen in Europa die Option des Fracking“.

EU-Energiekommissar Günther Oettinger empfiehlt Europa die Gewinnung von Schiefergas nach US-Vorbild. Nur so könne sich der Kontinent aus der Abhängigkeit von Russland befreien. 

WienUm die Wettbewerbsfähigkeit Europas zu sichern, befürwortet der EU-Energiekommissar Günther Oettinger die Gewinnung von Schiefer-Gas nach amerikanischem Vorbild, in der Branche Fracking genannt. "Wir brauchen in Europa die Option des Fracking, zumindest als Drohung gegen Putin", sagte Oettinger auf der Handelsblatt-Tagung Energiewirtschaft am Montag in Wien. Russland ist bislang wichtigster Gaslieferant in der Europäischen Union. Noch liefert das von Wladimir Putin regierte Land vier Fünftel des Gases.


Der Energie-Kommissar drängt auf niedrigere Strompreise, damit es zu keiner Abwanderung der Industrie in Europa kommt. "Unsere Industrie hält keinen dreifachen Gas-Preis aus", sagte der frühere baden-württembergische Ministerpräsident in Anspielung auf die niedrigen Preise in den USA. "Die Strompreise sind in Europa zu hoch und in meinem Heimatland viel zu hoch", kritisierte der CDU-Politiker. Beispielsweise beim österreichischen Stahlkonzern Voestalpine seien die Energiepreise sehr viel wichtiger als die Arbeitskosten.
Noch könne sich Europa Gelassenheit leisten. Doch die Uhr tickt für eine energiepolitische Umkehr zu Gunsten auch umstrittener Energiegewinnungsmethoden wie dem Fracking. "Uns geht es noch gut. Doch ein Weckruf muss jetzt her", appellierte Oettinger vor Energiemanagern.
http://www.handelsblatt.com/politik/international/oettinger-auf-handelsblatt-tagung-wir-brauchen-in-europa-die-option-des-fracking/9058578.html
11/11/13
--
-

 Σχιστολιθικό Φυσικό Αέριο

Fracking


 

3 comments:

  1. Schistes : l'énergie chère va continuer à détruire des emplois en Europe...

    Selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE), l'industrie en Amérique du Nord bénéficiera jusqu'en 2035 d'un avantage compétitif grâce à l'abondance du gaz et du pétrole de schiste. Trois tendances à retenir.

    Dans son rapport prospectif annuel, le World Energy Outlook, présenté ce mardi à Londres, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) insiste sur le fait que les cartes du jeu énergétique planétaire sont en train d'être profondément rebattues.

    • L'énergie durablement moins chère aux États-Unis. Même si les coûts de production du gaz de schiste ont remonté aux États-Unis depuis 2012, l'abondance de la ressource et l'augmentation continue du nombre de puits permettent aux prix de gros américains de rester trois fois moins élevés qu'en Europe et cinq fois plus bas qu'au Japon. Le gaz moins cher permet également aux États-Unis de produire une électricité meilleur marché. Selon l'AIE, les industriels européens et japonais paient leur courant deux fois plus cher que leurs concurrents américains. Surtout, «cet avantage compétitif va perdurer dans les vingt prochaines années», insiste Fatih Birol, l'économiste en chef de l'AIE, interrogé par Le Figaro. «Il y aura de lourdes conséquences économiques, les industries «énergies intensives» en Europe vont perdre des parts de marché à l'export, les conséquences pour l'économie européenne risquent d'être importantes», poursuit-il. Ces industries représentent un quart de l'emploi industriel sur le Vieux Continent. L'AIE ne voit pas l'Europe produire des hydrocarbures de schiste, en quantité significative, avant dix ans.

    • Le Golfe ne sera pas hors jeu. L'AIE annonce depuis quelques années la prochaine indépendance gazière des États-Unis. Phénomène plus récent, l'essor de la production de pétrole de schiste, en particulier dans le Dakota-du-Nord, est en train de réduire la dépendance énergétique américaine et risque de bouleverser la géopolitique mondiale. À partir de 2035, les États-Unis pourraient atteindre l'indépendance énergétique, prévoit l'AIE. Le rêve de Nixon se réaliserait un demi-siècle plus tard, Washington ne dépendrait plus du Moyen-Orient pour ses importations d'or noir. Pour autant, s'agissant du pétrole, Fatih Birol prévoit que la production nord-américaine plafonnera à partir de 2020. L'efficacité énergétique sera un paramètre essentiel pour parvenir à l'indépendance énergétique. Surtout, «nous ne partageons pas l'analyse selon laquelle le monde n'aura plus besoin du pétrole du Moyen-Orient», relève l'économiste. Le Golfe reste la principale réserve d'or noir facile à exploiter: un baril de pétrole coûte 10 dollars à extraire dans la région contre 80 dollars aux États-Unis, rappelle Fatih Birol. Les pays du Golfe resteront des fournisseurs essentiels pour l'Asie, moteur de l'économie mondiale.......http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/11/12/20002-20131112ARTFIG00321-schistes-l-energie-chere-va-continuer-a-detruire-des-emplois-en-europe.php
    12/11/13

    ReplyDelete
  2. Durch Fracking-Boom Ölquellen im Nahen Osten droht das Ende....

    Die Schieferöl-Revolution in den USA hat eine Kehrseite: Die klassischen Förderländer am Golf fahren Investitionen zurück. Damit droht der Nachschub des Energieträgers zu schwinden. Der Ölpreis könnte massiv steigen.

    Die Internationale Energieagentur (IEA) warnt vor einem drohenden Engpass bei der Ölversorgung und höheren Preisen. Denn wegen der wachsenden Erdölförderung der USA aus Schiefervorkommen streichen die klassischen Produzenten am Persischen Golf ihre Investitionen zusammen. Die herkömmlichen Exporteure wie Saudi Arabien oder Kuwait würden angesichts der neuen Vorkommen in Nordamerika erst einmal abwarten.

    Die Exploration von Erdölfeldern und der Bau neuer Förderanlagen gerate damit ins Stocken. Die bislang erschlossenen Ölfelder am Golf sind zunehmend erschöpft. Wenn aber die Suche nach neuen Vorkommen bei global stetig steigendem Bedarf ausbleibt, versiegt allmählich der Nachschub des Energieträgers. Der Preis für den Schmierstoff der Weltwirtschaft könnte langfristig dramatisch steigen, warnt die Agentur.

    „Ich bin wirklich besorgt, dass wir dem Nahen Osten die falschen Signale senden“, sagt IEA-Chefvolkswirt Fatih Birol bei der Präsentation des jährlichen Energiemarktausblicks der Organisation. Die abwartende Haltung der Ölproduzenten sei definitiv nicht im Interesse der Energieverbraucher oder der Erdölmärkte, da die Preise deutlich steigen könnten. „Es kann auf uns zurückschlagen, wenn Investitionen zur rechten Zeit ausbleiben.“.....http://www.handelsblatt.com/unternehmen/industrie/durch-fracking-boom-oelquellen-im-nahen-osten-droht-das-ende/9062148.html
    12/11/13

    ReplyDelete
  3. Pétrole/schiste: les USA avancent vers l'indépendance énergétique....

    Les Etats-Unis ont produit plus d'or noir qu'ils n'en ont importé en octobre pour la première fois en près de 20 ans grâce au boom du pétrole de schiste, un pas de plus vers leur objectif d'indépendance énergétique.

    La production de pétrole brut des Etats-Unis a atteint 7,7 millions de barils par jour (mbj) en octobre, dépassant les importations pour la première fois depuis février 1995, écrit l'agence américaine d'information énergétique (EIA) dans un rapport publié mercredi.

    "Une étape historique"

    En outre, les importations américaines de pétrole sont tombées le mois dernier au plus bas depuis février 1991, ajoute l'EIA.

    La Maison Blanche s'est aussitôt félicitée dans un communiqué de cette "étape historique vers l'indépendance énergétique".

    C'est le résultat "d'une production en hausse combinée à la politique énergétique" du président américain Barack Obama, comme par exemple le durcissement "des normes de consommation d'essence (des véhicules) qui réduisent la consommation pétrolière, les émissions de CO2 et la facture payée par les consommateurs", a détaillé le porte-parole de la Maison Blanche Jay Carney.

    Un véritable boom énergétique

    Les Etats-Unis regorgent de très importantes réserves d'hydrocarbures emprisonnées dans les formations rocheuses de schiste.

    Depuis 2007, les progrès technologiques et l'utilisation combinée du forage à l'horizontal et de la fracturation hydraulique ont permis d'exploiter ces ressources, donnant naissance à un véritable boom énergétique.

    Les Etats-Unis ont produit en moyenne 6,5 millions de barils de brut par jour l'an dernier et selon l'EIA ce chiffre devrait monter à 7,5 mbj cette année et à 8,5 mbj en 2014.

    L'EIA fait parallèlement valoir que depuis qu'elles ont culminé en 2005, les importations de brut et de produits pétroliers n'ont cessé de chuter. Celles de brut atteignaient 7,58 mbj le mois dernier.

    "Réduire notre vulnérabilité"

    La crise économique avait contribué au recul de la consommation américaine mais alors que la reprise est là et que le PIB a même fait un bond surprise au troisième trimestre à plus de 2,8%, les importations continuent à baisser..........http://www.rtbf.be/info/economie/detail_petrole-schiste-les-usa-avancent-vers-l-independance-energetique?id=8135070
    14/11/13

    ReplyDelete

Only News

EL News

Δημοσιεύτηκε από Geo Kok στις Πέμπτη, 11 Φεβρουαρίου 2021
Δημοσιεύτηκε από Geo Kok στις Παρασκευή, 12 Φεβρουαρίου 2021
Δημοσιεύτηκε από Geo Kok στις Πέμπτη, 11 Φεβρουαρίου 2021
Blog Widget by LinkWithin